Des débuts de la musique électronique à nos jours.

La musique électronique voit le jour dans les années 1950. Elle se caractérise par l’utilisation de générateurs de signaux et de sons synthétiques. Le cinéma en sera un vecteur de diffusion. Au fil des années, elle se perfectionne pour devenir aujourd’hui un véritable genre musical.Pour les puristes, la musique électronique n’est pas forcément de la vrai musique.Pourtant, il existe de vrais courants de recherches dont Herbert Eimert ou encore Pierre Schaeffer sont des chefs de file.

fréquence sonore

Le courant Américain

Dès 1959 à Columbia un centre de recherche sur la musique électronique est crée. Au cours des années 1960 et 1970, les chercheurs vont mettre au point des synthétiseurs qui seront très vite adoptés par de nombreux groupes de rock. A partir des années 80, la musique électronique a évolué vers la House-Music grâce à « l’école de Chicago » et à Franckie Nuckles. Ce dernier révolutionne les esprits. En effet, il a l’idée de mélanger les disques entre eux. Il devient donc l’un des créateurs d’une musique inédite.

Un courant plus « dur « voit le jour à Détroit dans les années 1980 et donnera naissance à la Techno. Les voix ont disparues pour laisser place aux percussions. On y retrouve des influences funk ou jazz. Un des précurseurs de ce courant est le Dj Jeff Mills, le sorcier techno de détroit. Il crée le collectif Underground Resistance avec Mike Banks et Robert Hood. Il sort son premier album « From the 21st » en 1999. A partir des années 2000, il collabore à des musiques de films. En 2005, il se produit en concert avec l’Orchestre National de Montpellier. La musique électronique existe également en Europe.

L’école de Berlin

Une particularité du style est le recours à des bruits de synthétiseurs. Il s’agit d’une musique expérimentale avec un recours à de nombreux effets. Le groupe qui œuvrera le plus dans ce domaine est kraftwerk. Les membres du groupes ont plutôt une formation de musiciens classiques mais ils sont tous deux passionnés par la musique électronique. En 1974, le groupe sort l’album Autobahn qui connaitra un succès mondial. Les albums s’enchaineront et le travail sera récompensé par un grammy Awards en janvier 2014.

A la fin de ces années 1980,les raves improvisées voient le jour en Angleterre. Ibiza vit au rythme de la nuit et Berlin devient la référence de la techno et Londres celle du Hardcore. En France grace à certains Dj, la French Touch devient un courant à part entière.

La French Touch

La musique électronique sera adoptée également en France à travers la « French Touch ». il s’agit d’une déclinaison de la House Music. Le terme est popularisée par les journalistes musicaux anglais. le chef de file de ce mouvement est Laurent Garnier. Il reprend les méthodes des écoles de Chicago et de Détroit pour y apporter sa touche personnelle.Au départ, « La French Touch » ne concerne que quelques initiés qui se procurent les CD chez quelques disquaires spécialisés.

En 1995, la French touch se démocratise avec la sortie de l’album Boulevard de St Germain. En 1996, les DAFT-PUNK consolident le mouvement avec l’album Homework lui donnant une assise internationale. La musique électronique bénéficie en France d’un formidable outil de communication avec la création en 1998 de la Techno-Parade. La musique électronique devient un élément culturel par une volonté ministérielle.

En 2010, Kavinsky sort son single Nightcall, qui devient la bande originale du film Drive. La French Touch confirme sa dimension internationale.

La Musique électronique existe depuis plus de 60 ans. Considérée par certains comme une sous-musique, force est de constater qu’il s’agit aujourd’hui d’un réel courant musical qui mérite ses lettres de noblesses. De nombreux grands Dj comme Armin Van Buuren font le plein lors de leur passage dans des festivals.

Auteur : Frédéric Altadill

Seul on va vite, ensemble on va loin !!! Ma page google + : frédéric Altadill

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *